Activités minières : lancement de l’Observatoire de la Santé de la Région d’Agadez (OSRA) au Niger.

Communiqué de presse

06 décembre 2011

Le 6 décembre, l’Observatoire de la Santé de la Région d’Agadez (OSRA) a été officiellement mis en place par l’approbation de l’Assemblée Générale Constitutive de l’OSRA qui s’est réunie le 5 décembre, à Niamey au Niger. Sa création s’inscrit dans le cadre de l’application des deux protocoles d’accords signés le 19 juin 2009 entre l’association SHERPA1 et le groupe AREVA2. Après l’Observatoire de la Santé de Mounana (OSM) créé le 19 octobre 2010 au Gabon, cet Observatoire de la Santé est le deuxième de cette initiative inédite dans le secteur minier.

L’Observatoire de la Santé de la Région d’Agadez a pour objet le suivi de la santé des anciens travailleurs exposés à l’uranium dans les mines d’AREVA au Niger, ainsi que la veille sanitaires des populations riveraines. L’observatoire permettra d’informer en toute transparence les autorités nigériennes, les anciens salariés et les populations environnantes sur les résultats du suivi sanitaire autour des sites miniers opérés par AREVA.

Les premiers examens médicaux des anciens travailleurs de SOMAÏR3 et COMINAK4, filiales nigériennes du Groupe AREVA, seront lancés au premier semestre 2012. Les consultations des patients comprendront un examen clinique, une analyse sanguine et une radiographie des poumons. Si des cas de maladies imputables à l’activité professionnelle étaient mis en évidence, conformément aux accords, AREVA prendra en charge les soins à l’identique de la couverture médicale française.

Le site d’Imouraren5 a également été identifié comme site pilote pour mener une Etude d’Impact Sanitaire (EIS), afin de servir de point sanitaire initial.

Ce projet a été conduit en étroite collaboration avec les autorités nigériennes, dont les représentants ont intégré le Conseil d’Administration à l’issue de sa première réunion le 6 décembre. La société civile nigérienne – acteur essentiel de la mise en œuvre de l’OSRA dont elle est membre veillera à son bon fonctionnement. SHERPA, qui a participé à l’élaboration des statuts de l’OSRA, est satisfaite de cette mise en place et veillera également à ce que son fonctionnement réponde aux ambitions et objectifs fixés. Les partenaires du projet ont, à cette occasion, statué sur la composition des organes en charge de la conduite et du suivi opérationnel de l’observatoire (conseil scientifique, comité médical, unité de coordination).

Selon Alain Acker, Directeur Médical d’AREVA : « les Observatoires de la Santé sont le résultat d’un dialogue exemplaire et sans précédent entre des Autorités nationales, les organisations non gouvernementales (ONG) et un partenaire industriel responsable. Ils sont aujourd’hui devenus une réalité dans deux pays d’Afrique, et le groupe souhaite étendre cette veille sanitaire à l’ensemble des mines qu’il opère dans le monde, notamment au Canada et au Kazakhstan ».

 

1 A propos de SHERPA

SHERPA, association à but non lucratif régie par la loi de 1901, a été créée en 2001en vue de protéger et défendre les populations victimes de crimes économiques. L’association a choisi de s’appuyer sur les outils offerts par le droit et entend, à travers son action, contribuer à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement. Rassemblant des juristes et des avocats venus de divers horizons, et travaillant en étroite collaboration avec de nombreuses organisations de la société civile à travers le monde, les activités de SHERPA reposent également sur le généreux soutien de volontaires.

2 A propos d’AREVA

AREVA fournit à ses clients des solutions pour produire de l'électricité avec moins de CO2. L’expertise du groupe et son exigence absolue en matière de sûreté, de sécurité, de transparence et d’éthique font de lui un acteur de référence, dont le développement responsable s’inscrit dans une logique de progrès continu. Numéro un mondial du nucléaire, AREVA propose aux électriciens une offre intégrée unique qui couvre toutes les étapes du cycle du combustible, la conception et la construction de réacteurs nucléaires et les services associés. Le groupe développe par ailleurs ses activités dans les énergies renouvelables – éolien, solaire, bioénergies, hydrogène et stockage – pour devenir d'ici à 2012 l’un des trois leaders mondiaux de ce secteur. Grâce à ces deux grandes offres, les 48 000 collaborateurs d’AREVA contribuent à fournir au plus grand nombre, une énergie toujours plus sûre, plus propre et plus économique.

3 A propos de SOMAÏR

Filiale d’AREVA, SOMAÏR (Société des Mines de l’Aïr) a été créée en 1968. Son capital est détenu à près de 64% par AREVA, et à 36% par la République du Niger via la société SOPAMIN (Société du Patrimoine des Mines du Niger). SOMAÏR exploite depuis 1971 plusieurs gisements d’uranium dans le nord-ouest du Niger, à quelques kilomètres de la ville d’Arlit. Sur le site minier, le minerai d’uranium est extrait en mines à ciel ouvert, et la société prévoit d’augmenter progressivement sa production annuelle (2 650 tonnes d’uranium en 2010) à 3 000 tonnes d’uranium en 2012.

4 A propos de COMINAK

Filiale d’AREVA, COMINAK (Compagnie Minière d’Akouta) a été créée en 1974. Son capital est détenu à 34% par AREVA, 31% par la République du Niger via la société SOPAMIN (Société du Patrimoine des Mines du Niger), 25% par la compagnie japonaise OURD (Overseas Uranium Resources Developement) et 10% par la société espagnole ENUSA (Empresa Nacional del Uranio SA). Deuxième plus grande mine d’uranium souterraine au monde, COMINAK exploite depuis 1978 des gisements d’uranium profonds dans le nord-ouest du Niger. En prévision des futures activités sur le nouveau gisement d’Afasto, COMINAK met en œuvre un plan d’action complet pour optimiser sa production (1 606 tonnes d’uranium en 2010).

5 A propos d’IMOURAREN SA

Filiale d’AREVA, IMOURAREN SA a été créée en 2009. Son capital est détenu à près de 67% par AREVA, et 23% par la République du Niger via la société SOPAMIN (Société du Patrimoine des Mines du Niger). Découvert par les équipes du Commissariat à l’Energie Atomique en 1966, le gisement d’Imouraren se trouve à 160 km au nord d’Agadez et à 80 km au sud d’Arlit. Considéré comme l’un des gisements les plus importants au monde, sa production devrait débuter en 2013 et s’étaler sur plus de 35 ans à raison d’une production de 5 000 tonnes d’uranium par an.

A propos de SOPAMIN SA

Créée en 2007 SOPAMIN SA a pour objectif de gérer les participations de la République du Niger dans les sociétés exploitant des substances minières ou de carrière sur le territoire de la République du Niger ; de mener pour le compte du Niger, toute opération minière, seule ou en association avec des tiers ; de prendre des participations dans toutes sociétés créées ou à créer au Niger ou à l’étranger et dont l’objet se rattache directement ou indirectement à son objet social ; de commercialiser les substances minières de carrière ; de mener toutes études et travaux nécessaires et accessoires ou connexes à son objet social, d’exercer, par elle-même ou par l’intermédiaire d’experts désignés, le contrôle opérationnel des sociétés minières ou tout autre contrôle dévolu aux actionnaires par la réglementation. Elle a en outre pour objet d’exécuter toute mission d’intérêt général que l’Etat pourrait lui confier.

La SOPAMIN SA est actionnaire pour le compte de l’Etat du Niger des sociétés : SOMAÏR, COMINAK, SML, IMOURAREN SA et SOMINA.

Contacts

  • Service de presse AREVA :
    Patricia Marie / Fleur Floquet-Daubigeon / Pauline Briand / Maxime Michaut
    Tél : 01 34 96 12 15 - Fax : 01 34 96 16 54
    email : press@areva.com