Niger : démarrage de la mise en tas du 2ème niveau du projet LIXI de SOMAÏR

Brève

15 mai 2012

15 mai 2012

Aire de lixiviation en tas de SOMAÏR en février 2012

AREVA a démarré le 7 mai 2012 une nouvelle étape du projet « lixiviation* » de SOMAÏR, avec le processus de mise en tas du deuxième niveau de l’aire de lixiviation. Débutée en 2009, cette technique innovante pour le groupe permet d’exploiter le minerai à faible teneur extrait de la mine à ciel ouvert de la SOMAÏR.

Mise en place des équipements au 2ème niveau les 08 et 09 mai 2012

Cette nouvelle étape, qui fait suite aux travaux de terrassement du début d’année pour aplanir le sommet du premier niveau, s’inscrit dans l’augmentation de capacité de production engagée sur SOMAÏR depuis 2008. D’une hauteur finale de 30 mètres, 12 700 000 tonnes de minerai aggloméré reposeront sur l’aire de lixiviation en tas composée de 5 niveaux au total. Cette opération, qui se poursuivra jusqu’en 2017, doit permettre d’assurer entre 25 % et 30 % de la production annuelle de yellow cake.

11 mai 2012 : La nouvelle chaîne de mise en tas au 2ème niveau est en place

La mise en tas du premier niveau a débuté en juillet 2009 et s’est achevée le 08 mai dernier, près de 3 ans plus tard. Composé de 27 cellules couvrant une surface totale de 42 hectares sur 6 mètres de haut, c’est sur ces premières 3 420 000 tonnes de minerai aggloméré que se poursuit la mise en tas au 2ème niveau depuis le 12 mai.


L’exploitation du 2ème niveau est prévue jusqu’à la fin de l’année 2014. Il sera constitué au total de 2 960 000 tonnes de minerai aggloméré sur 6 mètres de haut.

* Lixiviation en tas : A la sortie de la mine, le minerai est concassé puis aggloméré, avant d’être mis en tas sur l’aire de lixiviation grâce à des convoyeurs mobiles (dits « sauterelles ») et d’un système d’empilement rotatif (dit « stacker »). Les tas, disposés sur des aires étanches, sont alors arrosés en goutte à goutte par des solutions à base d’acide sulfurique. Ce réactif chimique percole pendant plusieurs mois au travers du minerai et se charge en uranium. Le jus enrichi en uranium sera ensuite traité en usine, pour produire in fine le yellow cake